Monocle

See With the Mind’s Eye

«Framing draws attention to a particular part of our composition»
S’arrêter ! Contempler ! Se souvenir !

“This project is a collection of poetic objects inspired by nature, by the environment we are part of- a human environment, a built environment, a natural environment.

This project talks about nature, but more specifically about the nature we are surrounded by and about our belonging to a place, to an environment. Being part of an environment it means being in a place, being in a specific time, being part of an environment that is at the same time natural: the sky, the light, the wind, the fragrance; and an artificial environment, an environment built by the human.

In the nature everything is connected from the smallest scale to the largest, like the observable universe, and we are defined by laws of physics that we must follow. This is the same for the animal, insects and trees.

Our life is an experience, part of the nature, but as we progress, we forget more and more “to look towards nature and the environment around us”.

Charles Darwin said that starting to use stone tools would have affected the evolution of human hands by favoring the hands to be suited to handle these tools. It is a speculation which has recently been confirmed, that the human hand is adapted to make and use tools.

In this case man can really change the shape of his own body to innumerable generations. Human designs end up redesigning the human. We are gradually being rethought by our tools and our actions.

We humans, are producers of artifice, transformers of their environment, and we are not alone; all our actions have a relation to the other, have an external relation with our environment.

With the impressive evolution of technology, I consider it’s important to design objects that preserve the connection with our environment, it is important to learn to look towards what surrounds us, towards nature, towards our environment, because this is where we come from, with this we must live with and it is by looking at it and perhaps by doing less or doing otherwise, that we can live in a more harmonious way.

This collection of objects will make us stop for a moment, look to our environment and reflect on our actions.”

***

 
S’arrêter ! Contempler ! Se souvenir !
 
Cette collection d’objets inspirées par une technique souvent utilisée dans la photographie “Think inside the box” – le cadrage qui attire l’attention – ce sont des objets symboliques crées pour mettre en valeur des choses qui nous plaisent. Ils nous incitent notamment à regarder quelque chose d’une manière plus attentive, plus concentrée, plus sage ; ce sont des objets qui vont nous faire arrêter pour un moment afin d’y poser le regarder et apprécier…
Nous vivons à une époque où la journée moyenne implique l’expérience de milliers de facteurs qui nous attirent l’attention. Le citoyen occidental voit en moyenne autant d’images en une journée que la même personne en une vie entière deux siècles plus tôt. Lorsqu’on voit quelque chose qui nous plaît, nous avons forgé l’habitude de “le prendre en photo”, peut-être aussi à cause du temps, ce qui nous empêche de nous arrêter et d’observer ce qui attire notre attention.
Cette collection d’objets est une réflexion sur la manière dont l’œil embrasse un paysage et une réflexion sur le système de cadrage avec le but de fabriquer un souvenir différent que celle d’une image imprimée ou enregistrée électriquement. Ces objets parlent de l’inscription dans la mémoire, qui est peut-être plus importante que l’inscription photographique.
L’objectif est de “voir vraiment, d’inscrire autrement”! Un aspect très important est la dimension de l’arrêt. La photographie gèle un instant pour toujours et ça c’est un arrêt.
L’aspect de l’arrêt dans ce cas est nécessaire car les objets nécessitent toute notre attention lorsqu’ils sont utilisés. Ils nécessitent une posture droite et l’utilisation de ces objets est un acte, un engagement de la personne, un engagement du corps et du sens, plus précisé- ment le sens de l’équilibre, de maintenir la ligne de la gravitation. Le design de ces objets est inspiré par des objets comme le monocle, le pince nez, les lorgnettes et les lunettes et ils sont conçus en tenant compte des principes de l’équilibre.
“L’équilibre est réalisé grâce à plusieurs fonctions : les yeux (perception visuelle), les oreilles (système vestibulaire) et les autres sens spatiaux (proprioception) qui ont idéalement besoin d’être intacts. ” (Source : Wikipédia)
Share: